Des nouveaux vignerons, des Italiens en pagaille et un hommage à Charly Foucault. La 17e Dive Bouteille est presque là, Sylvie Augereau est prête et la disco de Saumur aussi.  [Trucs et astuces]

 

Sylvie Augereau : « Arrêtez de me harceler ! »

La Dive c’est dimanche 31 janvier et lundi 1er février 2016 à Saumur. Autant dire dans deux jours. Et pourtant, c’est incroyable mais vrai, il y a encore des vignerons pour appeler Sylvie Augereau en espérant un coin de barrique, dans le coin oublié des caves Ackermann.

Alors que Sylvie, ça fait des semaines qu’elle peaufine le programme, en goûtant et en ménageant la chèvre -le vigneron – et le chou -le visiteur. « J’essaie de jongler avec les susceptibilités. Tout le monde veut revenir, c’est ça le problème. »

17e Dive : un nouveau vigneron par région, plus d’étrangers

La Dive accueillera quand même cette année « un nouveau vigneron par région », en plus de tous ceux déjà venus.

« Et il y a aura aussi plus de vignerons étrangers. Australiens, Géorgiens, Grecs, Autrichiens… et des Italiens. Je ne sais pas ce qu’ils ont les Italiens, ils veulent tous faire la Dive, c’est presque du harcèlement », rigole Sylvie Augereau.

Bref, il y aura de quoi faire et goûter : 195 vignerons au total (plus, peut-être quelques guests sur des coins de barriques, qui sait).

Hommage à Charly Foucault

« Nul n’est censé ignorer Charly et sa Loire ». Cette maxime sera gravée sur les verres de cette 17e édition de la Dive Bouteille. Un hommage pour Charly Foucault, décédé fin 2015 et « qui nous manque beaucoup. Il a toujours soutenu la Dive et il a fait tellement pour les vins de Loire… »

La Dive à Saumur : it’s time to party

Mais la Dive, ce n’est pas seulement des canons à goûter. C’est aussi une fête. « Je suis contente, tous les gens de Saumur jouent le jeu. Les restaurants et les bars ouvrent spécialement, il y en a qui installent des barnums et tout. Ca donne une ambiance électrique dans Saumur, et c’est pour ça qu’on reste là-bas. »

Sans parler des sublimes caves de la maison Ackerman, décor inégalable pour ces retrouvailles viniques. « Nous sommes très bien accueillis. Bernard Jacob, le directeur, passe sa journée à goûter tous les vins. Il sait bien que tout ça, c’est bon pour les vins de Loire. »

Moralité : ce n’est pas demain la veille que la Dive s’en ira poser ses barriques dans un parc exposition.

Les trucs pour profiter de la Dive

Le salon est réservé aux professionnels, qui savent y faire. Mais quand même, une expédition à la Dive, ça ne s’improvise pas. Surtout quand il s’agit d’une étape (une grosse étape) dans le marathon des salons d’Angers (six en cinq jours, quand même !).

Par exemple, l’organisatrice conseille de venir plutôt le dimanche, « on a constaté qu’il y avait un peu moins de monde » (beaucoup étant à Angers pour les autres salons du week-end).

Pour entendre les potins du ter-ter viticole, les lieux de restauration sont les plus appropriés.

Mais cela peut aussi être un piège, pour peu que vous tombiez sur des visages connus (ce qui est un peu le but de l’exercice, quand même). « Le temps qu’on passe à dire bonjour, ça y ‘est le salon est fini », rigole Sylvie Augereau.

Enfin, ne pensez pas que, pour décontractés qu’ils sont, les vignerons sont là pour le fun seulement. Ils viennent « pour remplir leurs carnets de commandes », mais à la cool, hein.

Et le soir, si vous en voulez encore, vous les retrouverez éparpillés dans les restos de Saumur. « Et à la discothèque, qui ouvre spécialement le dimanche soir », jure Sylvie.

COMMUNAUTE

LES VIGNES

BUSINESS

WTF

La newsletter