DEVENIR VIGNERON / Episode 10

#10 Muscadet : ça passe… ou pas

Obtenir l’appellation, dans le Muscadet ou ailleurs, peut se révéler compliqué pour les vignerons naturels. David était prévenu, mais maintenant, il sait… Devenir Vigneron, épisode #10.

Pour pouvoir revendiquer l’appellation « Muscadet » (et les autres), il faut : 1) des vignes situées sur l’aire d’appellation, 2) respecter le cahier des charges défini par l’INAO, à la vigne comme au chai, et 3) que la « typicité » des vins soit reconnue en dégustation.

Pour la cuvée l’Aufrère 2017, David a coché les deux premières cases, mais a raté la dernière. « Recalé à l’agrément », c’est comme ça qu’ils disent. Des échantillons sont prélevés, pour une dégustation à l’aveugle par un comité de cinq dégustateurs patentés. « Au premier round, trois sur cinq ont trouvé de l’oxydation. J’ai fait appel, et au 2e coup, 5/5 ont trouvé de l’oxydation. Et voilà, c’est comme ça que tu te fais bouler. »

Pourtant…  « Mon vin est bon, il plaît aux gens.» D’ailleurs, si David a présenté son vin à l’agrément, c’est bien parce qu’il pensait mériter le label « Muscadet ». « Ben oui, j’ai tout respecté ce qu’on m’a appris ! » Son vin est-il oxydé ? « Mais non ! Il n’y a pas de goût de pomme, ni de graphite, et mon vin a toujours été protégé, rigole-t-il. Pour eux, ce n’est pas un Muscadet, donc il faut trouver un défaut. »

Entrer dans le cadre du Muscadet

Cette histoire d’oxydation revient souvent, mais je ne parviens pas vraiment à comprendre ce qui se cache derrière ce mot, aux allures de sentence. « Ils sont habitués à des vins réduits et sulfités, pense David. Ce sont des défauts aussi ! Le soufre, si tu en mets trop, ça change le goût de ton vin, et là, ça veut juste dire que tu as mal fait ton job. »

Le débat est ouvert sur le « pire » du pire : un vin oxydé (si l’on accepte ce qualificatif) ou un vin trop sulfité. Mais de toute façon, à ma connaissance, il n’y a pas de case « trop de soufre », dans les comités d’agrément. Pour le reste, je connais l’argumentation : chacun a le droit de faire le vin qu’il veut, mais le Muscadet a été défini collectivement, et revendiquer cette appellation, c’est accepter d’entrer dans ce cadre. Ce n’est pas complètement dénué de sens… si on considère le mot « Muscadet » comme une marque, et non comme une origine géographique, une histoire, des racines. Ce débat-là a du reste déjà été tranché par la justice, et pas en faveur du nature (cf Olivier Cousin).

« Comme si j’avais essayé de frauder »

Quelles conséquences pour David ? Côté moral, il semble s’être bien remis de cette déception. Somme toute, ce n’était que son premier millésime. En grattant un peu, on comprend vite que cet épisode a laissé quelques traces. Comme une petite humiliation pour un néo-vigneron. « Qu’ils aient déclassé un vin… C’est comme si j’avais essayé de frauder», en réclamant quelque chose qu’il ne méritait pas.

Plus concrètement, David va devoir changer sa contre-étiquette, puisqu’il n’a plus le droit d’écrire « Muscadet » dessus. Ensuite, « ça peut fermer certaines portes, d’être en vin de France, notamment à l’export. » L’impact économique semble un peu hypothétique, toutefois. Mon pronostic : ça ne changera rien du tout.

Il prévoit de retenter le coup pour le millésime 2018. « Je vais la jouer plus finaud, mais je persiste ! Peut -être que dans dix ans, quand j’en aurai marre… ou peut-être que d’ici là les vins nature auront pris un peu plus de place… »

« Je suis né dans cette appellation »

A quoi bon s’infliger ça ? « Je suis né dans cette appellation. Elle va dans une direction où on va finir face aux vins du monde. Moi, dans 40 ans, je veux transmettre à quelqu’un qui est amoureux du terroir. Pas à personne parce que le Muscadet ça sera juste un vin qui se boit avec des huîtres et qui n’intéresse personne. » Tout ça est un peu grandiloquent, je vous l’accorde, mais il est un peu colère, quand même, le David. « Alors je vais y aller à leurs réunions. Leur truc aujourd’hui c’est de dire qu’il n’y a pas un Muscadet mais des Muscadet. Et ben on va voir ! »

Ma conclusion : à mon avis, vous pouvez enlever le Muscadet du Landron, mais vous n’enlèverez pas le (David) Landron du Muscadet. Il va falloir faire avec.

Pin It on Pinterest